Home

Les critiques de Clément L

Commentaires

(A propos de F 2, le 08/02/2024)
Vambora : beau court de rencontre, et d’amour sans amour (quoique ?) dans un contexte social explosif et très actuel. Pour le reste, séance sans rien de remarquable ou d’intéressant.

(A propos de I 6, le 09/02/2024)
Betzilo : je me suis endormi Virundhu : le message est passé au bout de 30 secondes, les 24 minutes qui suivent sont donc très longues Spring 23 : pas de message ni le début d’une idée… Lange nicht gesehen : actrice principale formidable, fresque d’une grande justesse sur les bullshit jobs, l’encadrement moderne, tous les travailleurs de bureau s’identifieront! Nun or never : oubliable

(A propos de I 12, le 09/02/2024)
Passaro : poésie sur le souvenir et le refoulé… un peu abstrait Suddenly TV : documentaire simple et assez informatif Matta und Matto : images très spéciales, sujet épuisé et amené avec la subtilité d’un éléphant dans un magasin de porcelaine Kafana na Balkanu : court d’une grande finesse et remarquablement interprété sur la difficulté de l’immigré, entre culture d’origine et intégration à l’arrivée. Mérite d’être récompensé. Yellow : pas le meilleur de ce festival sur le thème des femmes au Moyen-Orient, mais le parti pris est original! Suck : fatigant

(A propos de F 8, le 08/02/2024)
Pourquoi as-tu… : à travers les piqûres d’un vieux cheval : l’exploitation (notamment animale) pour quelques images Supernova : un peu long pour une rencontre, le ressort scenaristique des mondes qui se percutent pour aborder des sujets sociaux est maladroitement amené… Au 8e jour : animation déplaisante et décousue Na Marei : superbe film sur la condition des femmes en Afghanistan. Angle audacieux et prestation brillamment exécutée. Dom Juan : beaucoup de tournis pour pas grandchose…

(A propos de I 10, le 09/02/2024)
Stück : beau film sur l’acceptation, bien qu’un peu allégorique. Coal : poignant, transcrit superbement l’exploitation à mort de la classe laborieuse, et les conflits qui la traversent. Ovejas : film fasciste (je pense que c’est le terme adéquat) fantasmant une classe paysanne péruvienne anti-communiste, les révolutionnaires comme des sanguinaires, et les curés comme des saints. Le tout à la sauce évangélique. Un grave loupé dans la sélection. Carer : oubliable Un trou dans la poitrine : joli court sur le cancer vu par un enfant You’re invited : délire à l’américaine, toutefois divertissant et inventif!!

(A propos de F 3, le 08/02/2024)
La voix des autres : beau portrait d’un métier : celui d’interprète, et de la difficulté de ce role-tampon, dépersonnalisé. Maurice’s bar : petite histoire dans la grande Histoire : celle d’un bar gay tenu par un juif algérien qui sera déporté à Auschwitz. Ici en silence tout hurle : narration sophistiquée et histoire inaboutie.. Les mystérieuses aventures de Claude Conseil : actuel, comique, ingénieux. Une excellente surprise

(A propos de F 10, le 08/02/2024)
Ma poule : mignon sans plus Avec l’humanité.. : tableau poignant, vrai film social, interprétation impeccable. Bravo. La perra : je ne m’abaisserai pas à commenter… Hiver : l’idée est bonne, à savoir le séjour au ski comme paroxysme des rapports de classe et leur reproduction dès l’enfance. Cependant, c’est inabouti et manque d’une chute ; pourtant, le contexte s’y prête ! Et si le soleil… : comique, social et plaisant!

(A propos de POLAR, le 09/02/2024)
Tout est sublime d’inventivité, de suspense et de justesse.

(A propos de L 1, le 08/02/2024)
« 512x512 » est intéressant. Pour le reste, je ne garde rien…

(A propos de CH, le 08/02/2024)
Superbe séance d’archives sur un combat unique : celui des LIP. Angle féministe riche et intéressant, de même que le format de vidéo utilisé. La conférence qui a suivi la projection a permis de remettre les courts dans leur contexte. Passionnant !

(A propos de F 5, le 08/02/2024)
J’ai vu le visage du diable : superbe réalisation et photographie dans un univers mystique et rétrograde à la fois. Excellent ! Été 96 : histoire de vacances joliment contée. Sans plus There is no friend’s house : poignant court sur la vie des femmes en Iran Pleure pas Gabriel : drôle et touchant, mérite une récompense…

(A propos de AD, le 10/02/2024)
Superbes courts, tout en finesse et en subtilité ! A voir absolument


Coups de cœur